1999

Le BRGM prend une nouvelle direction

La fin du 20ème siècle marque un nouveau tournant pour le BRGM : il renforce son rôle en matière de recherche et de développement en s’investissant de plus en plus dans les services en France. Il se désengage de toutes ses activités minières préférant s’engager dans la transition écologique. En 2004, cet aspect de son activité est notamment renforcé lorsqu’il est placé sous la triple tutelle des ministères de la Recherche, de l’Industrie et de l’Environnement.

Inspection d'une ancienne carrière souterraine près d'Arras, en 2000.
Inspection d'une ancienne carrière souterraine près d'Arras (Pas-de-Calais, 2000). © BRGM

En abandonnant les activités d’investisseur minier et en transférant l’essentiel de ses activités de service en France à Antea, le BRGM affirme son rôle en matière de recherche et de développement. À la demande des pouvoirs publics, il s’investit dans les actions de service public, particulièrement dans la prévention des risques et la gestion des eaux souterraines. De plus, il participe activement aux programmes de recherche européens pour relever les nouveaux défis de la planète : changement climatique, environnement, sécurité, et, de nouveau, approvisionnement en matières premières pour le futur.

Pour mieux adapter son offre aux nouveaux besoins, le BRGM met en place, le 1er octobre 1999, une nouvelle organisation fondée sur la segmentation de son activité, autour de huit services thématiques : cartographie géologique et gestion des données, eaux souterraines, ressources minérales, risques naturels d’origine géologique, impact de l’environnement industriel sur le sol et le sous-sol, métrologie de l’environnement, énergie géothermique et stockages souterrains, systèmes d’information et modélisation.

Le BRGM oriente ses activités vers l’environnement

En 2000, la réorientation des activités du BRGM vers l’environnement et les risques naturels est définitivement précisée tout comme est entériné son désengagement du rôle d’explorateur minier. La vente d’Antea, en 2003, sépare définitivement et totalement le BRGM de ses anciennes opérations commerciales en France.

Cette évolution aboutit, en 2004, à le placer sous la tutelle conjointe des ministères de la Recherche, de l’Industrie et de l’Environnement, traduisant ainsi la place prépondérante de l’environnement dans ses missions de recherche et d’appui aux politiques publiques. Le Groupe, producteur et gestionnaire des données du sous-sol met cette information géoréférencée à disposition des décideurs et du public. Cette évolution s’inscrit également dans le cadre de la politique globale pour un développement durable, réaffirmée depuis comme l’un des axes majeurs de sa stratégie.

Échantillonnage des cuttings effectué pendant les sondages à la mototarière pour étudier la pollution des sols dans les établissements Renault de l'Ile Seguin (Orléans, Loiret, 2000). © BRGM
Échantillonnage des cuttings effectué pendant les sondages à la mototarière pour étudier la pollution des sols dans les établissements Renault de l'Ile Seguin (Haut de Seine, 2000).
Retour au chapitre